Start Top

Malgré les obstacles, la diaspora camerounaise retourne de plus en plus investir au Cameroun

Le 09 décembre prochain, Douala va vibrer au rythme de la deuxième édition de l’événement The Returnees Project porté par la brillante Miranda Oben et une équipe dévouée à la cause. Cet événement est le premier au Cameroun et en Afrique Centrale qui célèbre les entrepreneurs de la diaspora qui osent faire le pas vers le Cameroun pour investir. Tout observateur averti de l’écosystème entrepreneurial camerounais serait sans doute d’accord avec l’opportunité de cet événement car, comme jamais par le passé, nombreux sont les membres de la diaspora camerounaise qui choisissent de retourner investir au Cameroun malgré les préjugés et les difficultés réelles du terrain. Comment comprendre ce phénomène positif qui grandit chaque jour un peu plus ? Voici notre analyse sur le sujet.

D’emblée, il est important de soulever que l’immigration clandestine des jeunes camerounais qui empruntent les couloirs de la mort pour rejoindre l’Occident à la quête d’un pseudo bonheur malheureusement est encore une réalité quotidienne. Mais de l’autre coté, le rapatriement volontaire des membres de la diaspora africaine en générale vers l’Afrique est bien réel. Si les pays africains anglophones sont les destinations les plus prisées, les autres pays à l’instar du Cameroun reçoivent également de plus en plus les membres venant de la diaspora avec les projets d’entreprise dans les bagages.

On est en droit de se poser la question de savoir pourquoi le sujet du retour au pays natal pour investir est aussi brûlant en ce moment précis ? Cette question mériterait certainement une étude approfondie, mais, sommairement cela peut se comprendre par la montée en puissance au sein des communautés de la fibre identitaire, le désir d’appartenance et de reconnaissance qui n’est pas toujours facile à acquérir pour les immigrés africains, la globalisation avec le développement de l’Internet et l’explosion des réseaux sociaux, l’amélioration considérable du niveau de vie sur le continent, l’exemple des membres de la diaspora des pays émergents, les opportunités innombrables et inexploitées que regorgent l’Afrique… Bref les raisons sont diverses et nombreuses.

Une des raisons qui peut justifier le retour effectif de certains et la planification d’autres, ce sont les exemples positifs qui viennent du terrain. Mais avant toute chose, il est important de faire une précision sur ceux qui retournent, la vérité est que c’est pas tous ceux qui prennent l’initiative de retourner entreprendre au Cameroun qui réussissent, bien au contraire le taux d’échec est énorme et les désillusions ne manquent pas. Les raisons qui conduisent aux échecs sont nombreuses (nous y reviendrons). Nous nous intéressons comme annoncé plus haut sur les exemples positives des entrepreneurs camerounais issues de la diaspora qui réalisent les choses extraordinaires et ils sont également nombreux.

Quand on suit le magnifique parcours de Thierry Nyamen avec sa marque Tanty, on comprend que rien n’est impossible, les exemples de Christian Ngan, le jeune William Elong qui vit sa passion pour le drone au Cameroun, Bony Dashaco, Angela Fokou et tous les success story présent dans tous les secteurs d’activités. Ces personnes courageuses qui bravent tous les obstacles même les plus improbables pour accomplir leurs rêves au Cameroun sont des véritables sources d’inspiration pour les autres membres de la diaspora qui progressivement s’installent au Cameroun. Certes, pour plus d’impacts, il serait très intéressant de voir la diaspora camerounaise retourner massivement, mais comme dit le vieux dicton Rome ne s’est pas construit en un jour.

William Elong CEO Will&brothers avec sa jeune équipe

Le retour de la diaspora camerounaise souhaitant investir au Cameroun est une réalité, une des raisons peut-être la principale qui empêche l’éclosion des hommes et des femmes déjà présent sur le terrain, c’est le manque d’encadrement de la part des pouvoirs publics et une administration dangereuse qui interprète encore très mal la notion du service public. L’État du Cameroun gagnerait énormément à mettre sur pied de façon pratique et non théorique les mesures d’accompagnement pour canaliser les investissements de la diaspora camerounaise au Cameroun. En attendant, la diaspora camerounaise entreprenante se donne rendez-vous le 09 décembre 2017 au siège du Gicam à Douala pour l’événement The Returnees Project.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s