Publicités

Les flammes c’est pour l’enfer et non nos usines…

Le Cameroun est un pays particulièrement dynamique. En Afrique francophone, le pays situé au golfe de Guinée peut se vanter du nombre des nationaux dans les hautes sphères des affaires. À l’exception de quelques secteurs, les entreprises camerounaises brillent sur l’étendue du triangle national. Mais, depuis un temps, on assiste à des événements de nature à fragiliser le tissu économique camerounais. Après les incendies dans les marchés, aujourd’hui c’est les plus grands industriels camerounais qui subissent les dégâts des flammes.

En début d’année 2018, le puissant industriel Samuel Foyou voyait son usine Fermencam situé à Bonaberi dans la capitale économique Douala volée en fumée. Début du mois de novembre Francis Nana de Biopharma voyait également son entrepôt des produits finis emportés par les flammes, plus récemment le 15 novembre 2018, le président du Gicam Celestin Tawamba a également goûté à cette pilule amère. La recrudescence des incendies dans nos industries suscite des questionnements. Dans un pays où le taux du chômage est extrêmement élevé, où les activités industrielles restent encore embryonnaires, où les entrepreneurs font face à des difficultés énormes au quotidien pour que vive l’économie, on a envie de se poser la question qui en veut à ses Hommes sans qui nous ne serons pas loin d’une crise sociale ?

Aujourd’hui plus que par le passé, l’Etat camerounais doit prendre ses responsabilités et mener les enquêtes afin de déterminer les causes derrière ses incendies qui sont plus proches des incendies criminelles qu’autres choses. Parce que l’emploi et le développement économique sont les éléments déterminants pour le maintien de la paix et de la stabilité dans un pays, plus que les victimes, l’Etat doit se lever et prendre les mesures pour que cessent ses tragédies. Il est également urgent que nos entreprises redoublent de vigilance et mettent en exergue les bonnes pratiques pour éviter, anticiper ou faire face aux catastrophes. 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Inline
Inline