The Greatest

Adolphe MOUDIKI, le baron du pétrole camerounais

C’est l’un des dirigeants les plus discrets que l’Afrique Centrale ait porté. Malgré ses 81 ans, le temps qu’il consacre à l’action est assez exceptionnel. Adolphe Moudiki appartient à un univers restreint de chefs d’entreprises publiques dont la renommée a traversé les générations. Son influence dans le monde des affaires au Cameroun est si profonde qu’il vient à occuper une part importante de l’horizon. Un manager ambitieux qui n’a pas fini d’enchanter.

Téléchargez votre Magazine

La question de son départ à la tête de la Société Nationale des Hydrocarbures a suscité un débat passionné et houleux sur la scène médiatique camerounaise et pourtant, la qualité d’un bon manager tient à ses résultats. 4.400 milliards de FCFA transférés au trésor public lors de la décennie 2009-2019, pratiquement le budget de l’État pour l’exercice 2020 en cours (4.409 milliards). Adolphe Moudiki a fortement contribué à inscrire le nom de cette entreprise sur la carte des grandes firmes africaines.

Très critiqué pour son silence, ce magistrat hors hiérarchie, fleuron de l’école normale de l’administration et de la magistrature (Enam) qui a fait ses classes au lycée général Leclerc de Yaoundé est un homme puissant qui fascine par son charisme et sa présence.

En l’espace de 3 ans, il a connu trois postes prestigieux à la tête de l’État. En 1987, il est nommé ministre du travail. L’année d’après, il est sollicité à la présidence comme Directeur du Cabinet Civil puis l’année suivante, il devient ministre de la justice. C’est en 1993 qu’on lui confie les clés de la plus grande entreprise publique du pays – par le chiffre d’affaires – pour gérer les intérêts de l’État dans le secteur hyper stratégique des Hydrocarbures.

Ferme et rigoureux, Adolphe Moudiki a déversé sur la place pétrolière et gazière africaine, une énorme vague de projets. Sous son règne, la SNH est devenue l’une des firmes ayant le plus diversifiée ses activités lors des 20 dernières années dans la Sous- région Afrique Centrale. Il a également contribué au développement de nombreuses sociétés dont les activités tournent autour du pétrole (Hydrac, Tradex, Chantier Naval et Industriel du Cameroun). C’est en grande partie grâce à lui que le mandataire de l’État en amont des Hydrocarbures, – devenu un véritable catalyseur de développement pour le pays – a pu prendre des actifs considérables dans des sociétés privées d’importance majeure comme par exemple Chanas Assurances.

Originaire de Bonamouti, un quartier de la ville de Douala, ce grand patron a convaincu par mille et une preuves qu’en ce qui concerne le management des entreprises publiques, longévité ne signifie pas forcément inefficacité ou passivité. Il peut en effet arriver que ces trois mots ne cohabitent pas dans une même maison.

Homme de l’ombre, << le général des pétroliers >> comme on l’appelle affectueusement, a donné à ses ambitions, une dimension impressionnante pour rendre la SNH une entreprise publique véritablement tournée vers le développement du Cameroun.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
You cannot copy content of this page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité